La Révolution de 1848

Deux arbres de la Liberté

La révolution de 1848, surtout parisienne n'a guère provoqué de troubles hors Paris, à l'exception d'Essonnes. Partout ailleurs on s'est contenté d'envoyer des gardes nationaux dans la capitale pour soutenir le gouvernement républicain contre les "partageux".

Le 26 mars 1848 a donné lieu à la plantation de "l'arbre de la Liberté" ou plutôt des arbres de la Liberté puisque le hameau de la Roche eut aussi son arbre.

Les archives communales transcrivent les cérémonies du 26 mars 1848, où furent plantés les arbres de la Liberté :

"Aujourd'hui a eu lieu la plantation de l'arbre de la Liberté.

Discours prononcés à cette occasion par les Citoyens :

1°) Louis Devaux, maire d'Ollainville,
2°) Gilbert Juge, membre du Conseil municipal et propriétaire de la maison bourgeoise de la Roche,
3°) Jean-Didier Alexandre, Capitaine commandant la Compagnie de la Garde nationale d'Ollainville lesquels ont été applaudis avec enthousiasme par tous les habitants de la Commune.

L'arbre de la Liberté a été béni par M. Alemand curé de Bruyères, à la tête de son Clergé, etc. L'arbre de la Liberté de la Roche (hameau d'Ollainville) a été planté le même jour que celui d'Ollainville et il a été béni et inauguré le 2 avril avec le même apparat qu'à Ollainville". (source : Barbaraux Jean Aubin, instituteur)

On ne trouve plus trace aujourd'hui de ces deux arbres.

Par contre en 1989 pour le bi-centenaire de la Révolution française deux nouveaux arbres de la Liberté ont été plantés à l'initiative de la municipalité (Georges SOLOVIEFF, Maire). Le premier se situe en bordure de la place de l'Orangerie, le second devant l'école maternelle des Boutons d'Or à la Roche.



Page précédente

Sommaire histoire d'Ollainville

Page suivante



Source :
Pages d'histoire à Ollainville "Un village de l'Essonne à travers les siècles" par Georges SOLOVIEFF, avec son aimable autorisation.
Page réservée à un usage personnel ou pédagogique et non commercial.
- Page d'accueil -