Un phénomène climatique en 1930

Le 28 novembre 1930, la chronique locale, relate un événement lié à un phénomène météorologique

En 1930 un phénomène météorologique né en Oranie, amenait une pluie de boue sur Ollainville, Egly, Bruyères et Boissy-sous-St-Yon. Cette curiosité était analysée par Georges Courty, Professeur de géologie à l'école des Travaux publics à Paris, dont l'épouse était institutrice à Egly :

"C'est entre 15 et 18 heures qu'un phénomène météorologique assez rare se produisit en Oranie, le 27 novembre 1930. Toute la région de Mascara, Saïda, Sidi-Bel-Abbès, Marnia, etc., était plongée dans une obscurité complète, à tel point que les habitants furent obliger d'éclairer leurs appartements. A ce moment là les ampoules électriques diffusèrent une lumière verdâtre".

Que se passait-il donc au juste dans l'Afrique du Nord ?

Par suite de courants chauds éoliens, les sables du désert de Lybie, à l'ouest de l'Égypte se sont trouvés soulevés à une grande hauteur à la manière d'un typhon, et se sont abattus sur le Sud Oranais, les hauts plateaux algériens vers 15 heures; sur le Maroc, principalement sur Casablanca, sur Barcelone entre 22 heures; puis sur la France, suivant un sinusoïde compris entre Marseille et l'embouchure de la Loire, c'est-à-dire sur le Sud-Ouest et le littoral atlantique. Le 28, vers 2 heures du matin une pluie de sables jaunes rougeâtres tombait sur Egly, Ollainville, Bruyères, Breuillet, etc., en Seine-et-Oise où nous avons pu recueillir des échantillons sur des châssis en verre.

Ce n'est que vers 4 h 20 et 4 h 45, qu'une pluie sableuse s'abattit vers Bagneux et Notre-Dame de Paris, puis entre 6 h et 8 h, dans le Nord-Ouest de la Bretagne; un peu plus tard, dans les comtés de Suffolk et de Sussex, en Grande-Bretagne; et ce même jour au début de l'après-midi aux environs de Liège. Le 29 novembre entre 10 h et 11 h une pluie de sable jaune tombait sur Nice, et sur le littoral de la Manche, et à minuit moins le quart, sur quelques points de la région parisienne.

Les sables aux grains les plus gros seraient tombés en Provence, tandis que ceux aux grains plus fins, se seraient rencontrés en Flandre et en Belgique.

Les perturbations qui ont amené les pluies de sable se produisirent du S-0 au N-E, avec une augmentation de température de 16 degrés entre 400 et 800 mètres, échauffement qui a été relevé à 200 mètres, et constaté au niveau du sol entre le 27 et le 28 novembre 1930.

L'analyse de ces sables a surtout donné de la silice (SI 02), et du silicate d'alumine (AL2 03). Les autres substances métallifères et minérales, telles que le peroxyde de fer, l'oxyde de titane, la magnésie, le phosphate, et la chaux carbonatée, ne se trouvent qu'à l'état restreint. Toutefois, la présence de diatomées indique nettement la provenance de ces sables qui ont eu un transport rapide, variant entre 100 et 150 kilomètres à l'heure, suivant l'altitude.

Pluie de boue fatale

A Egly, du fait de cette pluie de sables, il y eut une destruction de choux de Bruxelles, due à la présence de parasites cryptogamiques, tels que "Phyllostica Hérédicola", juste à l'endroit où le sable était adhérent. Le 5 décembre, plus de soixante-dix personnes décédèrent dans la région de Liège, justement dans la zone où la pluie était tombée. II est bien alors permis de se demander s'il n'y a pas eu là, une relation de cause à effet !

Des pluies de sables analogues, se sont produites le 24 avril 1926 dans le Var et les Bouches-du-Rhône, et en 1928, dans l'Yonne et en Seine-et-Marne. Tous ces sables provenant des régions désertiques surchauffées sont alors retombés en pluies. De ces pluies, il y en a eu de toutes les natures, mais elles se manifestent en général, à la plus grande stupéfaction des personnes qui les essuient dans des contrées fort éloignées des centres tourbillonnaires d'où elles prennent naturellement naissance.

Depuis 1930, périodiquement les sables du désert viennent se déposer dans notre région, couvrant d'une fine pellicule par exemple, les voitures qui stationnent dehors... sans autre effet sur notre santé". (R. D.)



Page précédente

Sommaire histoire d'Ollainville

Page suivante



Source :
Pages d'histoire à Ollainville "Un village de l'Essonne à travers les siècles" par Georges SOLOVIEFF, avec son aimable autorisation.
Page réservée à un usage personnel ou pédagogique et non commercial.
- Page d'accueil -